Dans le cadre d’une mission de sécurité, une patrouille du commissariat urbain de Mbacké a encore démantelé deux maisons closes clandestines.

Les policiers ont fait irruption dans un domicile où logeaient des prostituées. Ces femmes de joie détenaient par devers elles des carnets sanitaires. Mais la gérante A.G et par ailleurs prostituée n’avait pas d’autorisation pour y implanter son établissement. Elle a été interpellée et embarquée.

A quelques jets de pierres, les hommes en patrouille, selon seneweb, se sont introduits dans une autre maison close clandestine au quartier Mbacké Khéwar, plus précisément sur la route de Kaël. A défaut d’y trouver la gérante, les policiers ont cueilli le proxénète qui assurait la sécurité des prostituées.

Selon des informations de Seneweb, la célibataire et mère de deux enfants a reconnu que la maison close qu’elle gère, ne dispose pas d’une autorisation administrative. A.G a déclaré avoir embrassé le plus vieux métier au monde depuis de 06 mois.

” J’ai embrassé la prostitution à Dakar avant de déménager définitivement à Mbacké. J’occupe une chambre au niveau de la maison. J’ai loué l’autre chambre à 04 autres prostituées moyennant un montant de 20.000 F Cfa par mois ” a soutenu la gérante.

Auditionné par les enquêteurs, I.B qui veillait à la sécurité des prostituées dans l’autre maison a tenté de nier les faits. Le conducteur de moto déclare n’être qu’un coursier pour les filles de joie. Mais l’homme âgé de 36 ans a indiqué qu’il recevait une commission de 1000 F Cfa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *