Un organe de sécurité africain annonce un plan pour lutter contre les migrations clandestines

fss

Le Comité des services de renseignement et de sécurité en Afrique (CISSA) a annoncé un plan de coopération avec l’Union africaine (UA) et les Nations unies pour lutter contre les migrations clandestines et les réseaux de trafic d’êtres humains dans la région.

La réunion consultative du CISSA a débuté ses séances lundi à Khartoum, capital du Soudan, avec la participation de 17 agences de renseignement africain et de responsables de la Commission de l’UA, pour discuter des questions de migration clandestine et de criminalité liée au trafic d’êtres humains.

Dans un discours à la session d’ouverture de cet événement, le secrétaire exécutif du CISSA, Shimelis Woldesemayat, a déclaré que “le trafic d’êtres humains est devenu la seconde forme de criminalité la plus répandue au niveau mondial”.

Près de 24 millions de migrants sont exposés au trafic d’êtres humains, dont une moitié d’enfants et une majorité de jeunes filles africaines de cinq à quinze ans, a-t-il dit.

“Ce plan dépend de la coopération avec l’UA, l’ONU et l’Union européenne comme équipe tripartite, et aux niveaux stratégique, coordinateur et opérationnel, dans leur relation à la manière dont ils affrontent le trafic d’êtres humains et les migrations clandestines”, a-t-il ajouté.

Jalal-Eddin Al-Sheikh Al-Tayyib, directeur adjoint des Services de renseignement et de sécurité du Soudan (NISS), a déclaré que “la réunion de Khartoum discute de la manière de trouver des solutions pratiques au phénomène des migrations clandestines”.

“Le développement rapide des pays africains a généré des défis pour la coopération conjointe et la coordination ainsi pour l’échange d’informations afin de réaliser la paix et la démocratie, engendrant des risques et des menaces pour continent et (nécessitant) le développement de solutions pour y répondre en coopération avec la commission de l’UA”, a-t-il dit.

Le CISSA a été fondé en 2005 pour répondre efficacement aux défis de sécurité que connaît l’Afrique. Il regroupe 51 agences de renseignement africaines.

Comments

0 comments

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire *