La Saint-Valentin, fait social ou trouvaille marketing ?

UYRTYURT

La saint-Valentin ou “fête des amoureux” est arrivée ! Fêtée le 14 février un peu partout à travers le monde, le Sénégal n’est pas en reste.

Même si l’adoption au Sénégal de cette fête catholique devenue laïque ne peut être déterminée avec précision, certains habitants de Dakar d’un certain âge se plaisent à rappeler que Saint-Valentin dans la capitale du pays du président-poète Léopold Sédar Senghor rime avec Radio Nostalgie, « un amour de radio », tout un programme.

Ce qui est certain, c’est que cette radio a largement contribué à faire connaître la « fête des amoureux » par ses émissions dédiées, ses messages et plateaux ; chantant et plébiscitant l’amour sur tous les tons.

Connaissant l’empathie des Sénégalais pour tout ce qui vient de l’extérieur et leur goût pour la fête, la Saint Valentin, apanage de la jeunesse dorée du pays vivant à l’heure de l’Occident à ses débuts, n’a pas tardé à se démocratiser et à se faire adopter par tous, des années plus tard.

Aujourd’hui, même si le Sénégal est encore loin du taux d’adoption de cette fête de 60% comme en France, force est de constater qu’elle est solidement implantée dans son segment jeunes, particulièrement.

Selon les milieux, les âges et les goûts, la Saint-Valentin est assaisonnée à toutes les sauces. Il faut dire que le business n’a pas tardé à flairer les bonnes affaires à faire à côté du traditionnel bouquet de fleurs, gâteau ou repas entre amoureux.

Promotions crédit flash, cadeaux dédiés allant de la simple carte Saint Valentin au portable et objets high tech nec plus ultra, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Car au Sénégal, comme ailleurs, Saint Valentin rime souvent avec cadeau. Ce jour, de nouvelles amours naissent, se consolident pendant d’autres s’étiolent.

Matérialistes, les Sénégalaises ? Pragmatiques plutôt parce que ce n’est pas très souvent qu’elles ont l’occasion de conter fleurette et de se faire cajoler. Signe des temps, les garçons reçoivent aussi des cadeaux de la part de leurs « Valentines ». Vivre « d’amour et d’eau fraîche », ce n’est vraiment pas la tasse de thé de la jeune génération, qui ne jure que par « les preuves concrètes » d’amour.

Aussi, le business autour de cette fête ne peut que s’en porter bien avec son lot de nouveautés, de formules marketing alléchantes, de promotions à tout casser. Faites votre choix, Messieurs-Dames.

Les couples plus âgés, « installés », font également de la résistance et se jurent mutuellement un amour « pic et pelle » quand une certaine frange de la population boute en touche, déclarant que cela ne les concerne pas ou l’amour, c’est chaque jour, chaque minute, chaque seconde, quand le religieux ne s’invite pas au débat.

Fait social ou business, en ce qui concerne la fête en rouge et noir, la frontière n’est pas clairement définie et si vous voulez savoir, c’est peut-être les deux faces d’une même pièce.

Alors Valentins et Valentines, à vos cadeaux parfums, oups, ça porte malheur aux amours, touchons du bois, ainsi va la Saint-Valentin au Sénégal !

Leral.net

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire *