Le Premier ministre sur la répression du sit-in de l’opposition : “Quand on défie le droit, on peut s’attendre à des conséquences”

Le premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, a réagi après la répression policière du sit-in de l’opposition devant le ministère de l’Intérieur. Le chef du gouvernement a accusé les initiateurs d’être les principaux responsables. 

Interpelé sur cette affaire en marge de la séance de dédicace du livre de l’ancien ministre des Affaires étrangères Mankeur Ndiaye, Boun Abdallah Dionne a laissé entendre que « quand on défie le droit on peut s’attendre à des conséquences.»

« Je suis pour le droit, le Chef de l’Etat aussi. Une marche autorisée n’est pas réprimée. Quand on défie le droit on peut s’attendre à des conséquences. Mais notre pays est un pays de dialogue, c’est cela notre compétence distinctive. Il faut que le dialogue politique auquel le Chef de l’Etat a convié l’opposition, soit un dialogue, qui permette de réunir tous les fils de ce pays.

Et je voudrais dire aux partis politiques membres de l’opposition, que l’époque où on pouvait modifier le cours des élections, est révolue. Le 24 février 2019 à 20 h tout le monde connaitra le résultat parce que la presse est là. On a connu deux alternances démocratiques, il n’y a donc pas pertinence de douter de notre système démocratique. Ainsi va la vie et la démocratie, mais je pense que sur l’essentiel, il n’y a pas divergences », a-t-dit, selon Exclusif.net.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *