« Qui sème la haine récolte la violence, la vengeance, la mort. . . » Jean-Christophe Grangé

zaccary-macky
« Qui sème la haine récolte la violence, la vengeance, la mort. . . » Jean-Christophe Grangé

Après la tenue des élections libres et transparentes avec la participation de 47 listes, le peuple sénégalais ayant choisi de renouveler sa confiance au Chef de l’Etat Son Excellence le Président Macky SALL en lui donnant une majorité confortable à l’Assemblée Nationale soit 75.75%, se retrouve sur le banc des accusés avec la complicité d’une certaine presse.

La démocratie a deux piliers fondamentaux à savoir : La légalité et la légitimité.

Elu avec plus de 65% des suffrages en 2012, le Président de la République vient de bénéficier d’un renouvellement de la confiance du peuple sénégalais pour la troisième fois après celui des élections locales du 29 juin 2014 en remportant plus de 467 communes sur les 602 que compte le pays mais également lors du référendum du 20 mars 2016 adopté à plus de 63% des suffrages.

Cinq ans après son accession à la magistrature suprême, le Président Macky SALL vient de bénéficier du renouvellement du contrat de confiance avec le peuple souverain. La déception de certains militants et responsables de l’opposition ne doit pas être un prétexte pour déplacer le débat politique sur des attaques personnelles avec des injures relayées par une certaine presse à travers les réseaux sociaux.

Je ne comprends pas pourquoi les injures et autres insanités d’un homme comme Assane Diouf qui,  par ce que le peuple a choisi de renouveler sa confiance au Chef de l’état, se mette à insulter à longueur de journée la plus haute autorité de l’Etat sans raison et faire les choux gras de la presse sénégalaise.

A travers le Président Macky SALL, c’est le peuple sénégalais dans son ensemble qui est agressé avec une violence jamais égalée. Aujourd’hui c’est le Chef de l’Etat qui est attaqué et cela à l’air de ne déranger personne sauf que demain ça sera le tour de nos guides religieux et la donne ne serait pas la même j’en suis certain.

La presse en ligne participe à la perversion de la société sénégalaise, il est temps que des mesures fortes soient prises afin de préserver ce que nous avons de plus cher à nous tous.

Zaccaria COULIBALY
Responsable politique au Canada

 

Leave a Reply

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire *