France
AUDIOS & VIDÉOS,
02/07/2020 06:19

RDC : Ronsard Malonda sera-t-il le prochain président de la Ceni ?

Le processus de nomination du président de la commission électorale congolaise est au cœur d’un nouveau bras de fer, sur fond de pressions politiques. Un candidat est pressenti, mais son profil fait débat. En jeu : la crédibilité du scrutin de 2023.

C’est une homélie aux allures de mise garde. « Les jours à venir seront difficiles. Je tiens ici à demander au peuple de se tenir en ordre de marche, a lancé le cardinal Fridolin Ambongo lors de son allocution pour le soixantième anniversaire de l’indépendance de la RDC. Lorsque le moment viendra, lorsqu’ils s’obstineront à faire passer ces lois et ces personnages à la tête de la Ceni [Commission électorale nationale indépendante], il faudra qu’ils nous trouvent sur leur chemin. »

L’avertissement sera-t-il entendu ? La succession de Corneille Nangaa à la tête de la Ceni est en tout cas l’autre feuilleton qui a, en marge de la polémique sur la réforme judiciaire, alimenté la chronique à Kinshasa ces dernières semaines.

À trois ans des prochaines élections, les tractations pour le renouvellement du bureau qui a organisé le scrutin controversé de décembre 2018 battent leur plein. « De ce choix dépendra une grande partie de la crédibilité des futures élections. C’est une bombe à retardement », glisse un opposant.

« Nangaa bis »

En RDC, la désignation du nouveau président de la Ceni revient aux chefs des confessions religieuses du pays. Réunis les 8 et 9 juin sous l’égide du cardinal Fridolin Ambongo, ils ne sont pas parvenus à s’entendre sur le profil adéquat. Depuis, des blocages persistent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *