France
AUDIOS & VIDÉOS,
20/06/2020 07:02

RETOUR SUR L’AFFAIRE BATIPLUS : LES AVEUX GLAÇANTS DE RACHELLE SLEYLATI QUI ENFONCENT ALEX RABIH KFOURY ET SON CLAN

RETOUR SUR L’AFFAIRE BATIPLUS : LES AVEUX GLAÇANTS DE RACHELLE SLEYLATI QUI ENFONCENT ALEX RABIH KFOURY ET SON CLAN-    Plus de 2 milliards de FCFA qui seraient détournés dont 125 millions pris en moins d’un mois (du 27 Janvier au 25 Février 2020)

–       Un appartement d’une valeur de 395 millions FCFA, sis Brière de L’Ile (Plateau) acquis cash conjointement par Rachelle Sleylati et Alex Rabih Kfoury indexé par l’accusation 
–       Un autre appartement réservé aussi conjointement pour la somme de 360 millions FCFA, sis Ave Lamine Gueye X Rue Kléber, dont un acompte très important a déjà été versé
–       Un mandat de dépôt motivé par des confessions écrites et des preuves 
–       La théorie d’une campagne de victimisation inédite, avec plusieurs complices présumés se confirme. 
En effet, tout porte à croire que les accusés tiennent un double langage dans leur stratégie de défense avec des incohérences de plus en plus avérées. Alors qu’ils s’insurgent contre le mandat de dépôt à l’encontre de la caissière Rachelle Sleylati, allant jusqu’à avancer qu’elle a admis avoir volé de l’argent uniquement sur pression du groupe Batiplus qui aurait cherché à se servir d’elle comme bouc-émissaire, le clan de la défense semble être tombée dans son propre piège.
Certaines voix qui s’étaient levées pour apporter leur soutien à Rachelle Sleylati, devenues subitement aphones, ont probablement conclu que dans cette affaire, il fallait faire preuve de prudence avant de tomber dans un jeu de victimisation et de manipulation. Comment penser autrement lorsqu’on sait que les parents de Rachelle Sleylati et Alex Rabih Kfoury (Directeur général de Platinium) ont été nommément cités par Rachelle Sleylati comme bénéficiaires majeurs de l’énorme somme d’argent détournée. Pouvaient-ils ignorer que l’argent ait été volé ? Si oui, comment ne pas s’alarmer et s’étonner lorsqu’une jeune caissière de 25 ans qui touche 1 million de FCFA/mois leur apporte tout d’un coup des centaines de millions ?
Comment concevoir que Alex Rabih Kfoury et Rachelle Sleylati, puissent acheter d’un coup un appartement à 395 millions de FCFA cash, et réserver un deuxième appartement à 360 millions FCFA, en cours de construction, pour lequel un acompte a déjà été versé ? D’ailleurs, malgré le coût exorbitant de ces transactions confirmées par les vendeurs, le couple aurait procédé à une rénovation totale de l’un des appartements et opté pour un décor beaucoup plus luxueux, avec des travaux estimés à plusieurs dizaines de millions FCFA. Qu’est ce qui pourrait expliquer qu’autant de biens soient conjointement acquis dans la précipitation par un couple qui n’est pas encore marié ? 
Des preuves qui établissent bien l’accusation puisque le montant de 126 millions de FCFA déjà reconnu par l’accusée sur une somme globale de 2 084 000 000 FCFA ne tient compte que d’une période établie sur 1 mois ! Autrement dit, Rachelle Sleylati a dans un premier temps reconnu avoir volé 126 millions FCFA de la caisse dont elle était la seule détentrice de clés, rien que sur la période du 27 janvier au 25 février 2020. Interrogée sur le manquant d’un milliard six cents millions (1 600 000 000 FCFA) de francs CFA constaté durant l’année 2019, au titre de la gestion du coffre qui est sous sa pleine responsabilité, la réponse écrite de Rachelle Sleylati fut sans appel : « Je ne peux pas confirmer ce montant car je n’ai pas fait le total des sommes que j’ai prises». Suite à ces aveux, une plainte sera déposée par le groupe Batiplus et Rachelle Sleylati disparaitra des radars sous prétexte d’être malade, pour ne pas se présenter à la convocation de la gendarmerie. En effet, elle enchainera trois cliniques en 10 jours parce que personne ne voulait la garder comme elle ne présentait aucun symptôme.

Autre question préoccupante : pourquoi se précipiter à vouloir négocier et rembourser, en échange d’une renonciation de plainte, si vraiment les faits n’étaient pas avérés ? En réalité, les confessions écrites de Rachelle Sleylati l’accablent au plus haut point ainsi que ses complices. 

À la lecture des réponses de Rachelle Sleylati, tout se précise. En effet, interrogée sur quelles personnes de son entourage ont eu à connaître ses agissements, Rachelle Sleylati a été sans équivoque, accablant son père André Sleylati, son fiancé Alex Rabih Kfoury et sa mère Marie-Jo Sleylati. Dans son PV, elle dira également : « Je reconnais que j’ai personnellement sorti de l’argent du coffre. Je prenais chaque jour un ou deux millions, en espèces, en plus il m’arrivait de prendre cinq millions d’un coup, trois fois chaque mois. » La précision « CHAQUE MOIS »est d’autant plus importante que cela prouve que l’infraction commise par Rachelle Sleylaty ne concerne pas uniquement la période du contrôle préliminaire du 27 janv. au 25 fév. 2020, mais que la fraude couvre bien, en réalité, une période bien plus longue. Selon Batiplus, le préjudice s’élèverait à plus de 2 milliards FCFA. 
Au regard de ces faits précis, quelles seraient les valeurs de cette famille qui a accepté de percevoir de manière récurrente de telles sommes d’argent sans remettre en question l’origine des fonds fournis par Rachelle Sleylati, leur enfant, actuellement incarcérée ?  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *