France
AUDIOS & VIDÉOS,
01/07/2020 04:20

SOMMET DU G5 À NOUAKCHOTT : RETOUR SUR LES GRANDES DÉCISIONS

La Mauritanie a abrité un sommet du G5 Sahel. En plus des chefs d’Etat régionaux, le président français et des partenaires internationaux y ont pris part.

Sur invitation de Mohamed Cheikh El Ghazouani, Président de la République Islamique de Mauritanie, Président en exercice du G5 Sahel, les Chefs d’État des pays membres du G5 Sahel et le Président de la République française, Emmanuel Macron, se sont réunis hier, mardi 30 juin 2020, à Nouakchott, en vue de faire le point de la mise en œuvre de la feuille de route convenue lors du Sommet de Pau (France), tenu le 13 janvier 2020, et d’évaluer la situation au Sahel.

Le Sommet a également enregistré la participation de Pedro Sánchez, président du Gouvernement d’Espagne, ainsi que celles du président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat et de la Secrétaire général de la Francophonie, Louise Mushikiwabo.

Les pays du G5 Sahel et la France ont fait le point ce mardi à Nouakchott sur leur combat contre les djihadistes six mois après avoir décidé d’intensifier l’effort commun pour reconquérir le terrain perdu dans la région.

Le constat attendu des pertes infligées à l’ennemi au cours de ces six mois est contre-balancé par la précarité rémanente de la situation et le peu de progrès accompli sur les fronts autres que militaire : la reconstruction politique et civile, ainsi que la réconciliation.

Or, ces volets sont unanimement jugés indispensables pour sortir la sous-région de la spirale des violences commencée en 2012 dans le nord du Mali.

En janvier 2020, le sommet de Pau (France) avait été organisé sous la pression d’une série de revers des armées de la région face aux jihadistes, de la mort de 13 soldats français en opération et de remises en question de l’intervention française.

La crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 a également été au cœur des échanges. Contexte oblige. « Au-delà de sonlourd bilan humain et sanitaire, la pandémie affecte gravement les économies des pays du G5 Sahel déjà fragiles, avec un risque de contraction sérieuse du Produit Intérieur Brut (PIB) pouvant aller, pour certains Etats, de 7% à 8% en 2020. L’organisation physique du présent Sommet dans de telles circonstances est en soi une preuve de résilience et de persévérance face à cette crise sans précédent », note-t-on dans le communiqué final, qui évoque une détermination des Chefs d’État à déployer tous les moyens nécessaires pour venir à bout de ce fléau.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *