En Guinée, les autorités reconnaissent pour la première fois que les violences intercommunautaires, survenues suite au référendum contesté du 22 mars dernier, à Nzérékoré, ont fait 30 morts.
Au total, 57 personnes ont été interpellées, dont 44 qui ont été placées sous mandat de dépôt à Kankan.
Sur le fond, ces autorités accusent l’opposition d’être derrière ces violences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *