Du plein succès pour son concert ce jeudi 18 février à Bakau en Gambie, sauf les jaloux, nul ne peut en douter. Oui, Wally Seck, c’est de lui qu’il s’agit, a assurément fait foule autour de lui au cours de cette festivité. Mais, justement, en cette période de pandémie, c’est le mot « foule » qui fait tiquer plus d’un !

A chaque pays, ses règles, sa stratégie et ses mesures-barrières pour contrer la pandémie de Covid-19. Mais force est de reconnaître que la Gambie voisine, quelques mois auparavant, était sérieusement en difficulté, allant même jusqu’à solliciter l’aide du Sénégal, pays classé en ces moments, parmi les meilleurs du monde dans la gestion de cette crise.

Mais force aussi est de reconnaitre que cette liberté accordée en Gambie est porteuse de forts risques de contagion pour plusieurs facteurs. D’abord, le Sénégal d’où vient cette star incontestable, est fortement touché avec son lot affolant de cas communautaires et de morts aussi. Ces genres de soirées ou spectacles y sont interdits, même si la cette décision plonge nos braves acteurs culturels dans une précarité.

Mais l’info qui ne rassure surtout pas comme en attestent les vidéos, est que dans ces genres de soirées il est quasiment impossible de respecter les mesures-barrières. Et à moins que la myopie ne gagne gravement votre serviteur, dans la foule, nul ne porte un masque et avec la danse c’est presque du corps à corps. Et pis, certains ont même attesté qu’à son départ, Wally Seck a fait quitter du Sénégal, des bus remplis de ses fans. On avance même des dizaines de bus…

A leur retour ont-ils été placés en quatorzaine ? Les membres de son orchestre et ses fans seront-ils rigoureusement contrôlés d’autant plus qu’en Gambie, on parlait de la présence du variant britannique bien avant qu’il n’apparaisse au Sénégal ?

Permettez-nous d’en douter !

En tout cas, leral.net souhaite encore plein succès (accompagné de « battré ou pluie de billets de banques » à Wally, mais (nak) sans aucun cas importé de Covid-19 !

Le Sénégal ne veut pas de cette « Téranga » !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *