Annoncée en Guinée Conakry, la maladie à virus Ébola est réapparue six ans après dans ce pays frontalier au Sénégal. Une maladie très contagieuse. Le Sénégal est plus qu’en alerte, mais les structures sanitaires de la Casamance semblent ne pas être au prêtes pour lutter contre cette pandémie. C’est le secrétaire général de la CNTS, section hôpital régional de Ziguinchor qui sonne l’alerte. 

Selon Siméon Faye, le centre hospitalier régional de Ziguinchor qui est une référence dans toute la Casamance eg qui reçoit des malades de la Guinée et de la Gambie, ne s’est pas encore préparé.

C’est pourquoi, il invite les autorités à l’anticipation, non sans dénoncer la politisation à outrance du département. « Le ministère tant qu’il sera confié à des politiques, son  fonctionnement fera défaut. Le système de santé ne repose pas sur la réalité du terrain,  mais plutôt sur la politique.  » Il précise que « du temps d’Eva Marie Coll Seck, le Sénégal n’avait aucun cas d’Ébola. Cette maladie a ressurgi en Guinée Conakry, jusqu’au moment où je te parle, nous n’avons pas pris les dispositions pour pouvoir pallier à ça. Ce sont les malades de la covid-19 qui occupent le site qui avait été réservé pour interner les malades d’Ébola. Et le matériel prévu pour Ébola est utilisé pour le coronavirus », fait-il savoir.

C’est pourquoi il souligne que « l’hôpital régional de Ziguinchor n’est pas paré à faire face à Ébola. Si cette maladie apparait à Ziguinchor, ça sera la débandade totale. Aucun centre de mise en quarantaine n’est mis à la disposition de l’hôpital pour pouvoir prendre en charge les cas d’Ébola », prévient Siméon Faye joint par téléphone par la rédaction de Dakaractu… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *