Parce qu’ils l’ont vécu et que cette expérience a impacté leur existence à jamais, d’où le slogan « migrants comme messagers », des khadim et des Maty, on les rencontre partout. Ces migrants regrettent et décident de s’unir autour d’un cadre pour sensibiliser et apporter le maximum de soutien à leurs prochains aux fins de leur épargner cette tragédie sans fin. En ce sens une journée de partage d’expériences avec les volontaires et des migrants de retour au pays, les associations de jeunes et de femmes de la région de Dakar, ainsi que les spécialistes de la migration à l’Organisation internationale de la migration et quelques autorités, s’est tenue ce mardi à l’UCAD.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *